Le mot du Directeur

La quête commence…

Chers amis du GRATHEL,

Chers sympathisants du GRATHEL

L’occasion de la nouvelle année m’offre un double symbole à partager avec vous : celui de l’espoir et celui de la relance de nos activités.

 

En effet, au terme du mandat de Prof. KOUAKOU Jean-Marie, vous avez décidé de confier la gestion quotidienne à une équipe nouvelle, à la fois, pour continuer le travail mais également pour tracer de nouveaux sillons. Dans cette dynamique, un nouvel axe de travail (portant sur les théories de l’espace) est soumis à la réflexion du Groupe pour la période d’un an. Dans le même temps, le GRATHEL a pris la résolution de se doter d’un instrument de promotion de nos travaux : outil de promotion ou de visibilité. Je suis ainsi heureux de dire que le site de notre groupe est maintenant en ligne (grathel.org). Et l’équipe de direction travail à y publier les résultats de notre séminaire sur la Théorie de la mobilité littéraire.

L’espoir, c’est que ce bébé vive par nos travaux, nos analyses, nos contributions…C’est pourquoi je parle d’une quête qui commence… Je préfère "quête" ici, à la fois, dans son sens de chercher, de se chercher, de chercher le chemin…Faut-il le rappeler, le GRATHEL s’intéresse à la problématique globale des analyses et des théories littéraires : leurs pertinences, leurs aspérités, leur renouvellement, leur adéquation aux nouveaux défis de l’extrême contemporain. Et de ce point de vue, parce que nous privilégions un terreau fertile (la théorie littéraire), nous avons bon espoir que le bébé vive, devienne costaud, avec un embonpoint non d’obésité mais de robustesse… intellectuelle. Ces frêles mots sont donc le roulement de tam-tam pour battre le rappel de tous autour de notre projet commun : réfléchir le monde à partir de notre champ : la littérature…mais la littérature même n’est-elle pas un état du monde ?

Pour donner les premiers grains à moudre à cet espoir, l’équipe de direction vient de boucler le calendrier annuel pour 2015 et une assemblée de validation prochaine partagera ces réflexions pour lancer nos activités. Des points importants tels que "le séminaire thématique+, "Le cercle de lecture" et les séminaires des doctorants meubleront nos rencontres pour lesquelles je lance déjà un appel à mobilisation pour faire de notre groupe un instrument de référence dans le domaine des théories littéraires…

Le Groupe n’a pas choisi d’aller au pays des merveilles, ni au pays des sagesses ; il a choisi d’aller au pays des chemins de travers. Là est peut-être la difficulté, parce qu’il faut accepter de marcher en crabe, non pour satisfaire à la difficulté, mais pour faire du travers, la traversée, la trame d’un rapport au monde. A la vérité, le fil de trame attache les fils de chaine pour faire du fil le pagne… La littérature n’est pas loin… Elle qui parle de texte… Mais le texte est d’abord textus, tissu, fil de chaine, fil de travers… Là commence notre quête aux pieds de mots, au pied de nos maux… Bonne et heureuse année à tous.

Prof. COULIBALY Adama, Directeur du GRATHEL